Que fais-tu après l'école secondaire?

Devrais-je poursuivre des études après le secondaire?

Photo de l'enseignant avec les étudiants qui cherchent un écran d'ordinateur

Poursuis tes études! Va au collège! Va à l’université! Choisis une carrière! Tu as déjà entendu ces conseils de la part de tes enseignants et de ta famille. Alors, nous ne les répéterons pas. Laissons les faits parler d’eux-mêmes.

  • En Ontario, le salaire moyen des personnes qui ont un diplôme collégial ou qui ont reçu un apprentissage est de 25 % PLUS ÉLEVÉ que celui des personnes qui n’ont qu’un diplôme d’études secondaires.
  • Si tu vas à l’université, le salaire moyen est 60 % plus élevé.
  • Les taux de chômage des personnes qui n’ont qu’un diplôme d’études secondaires sont plus élevés que ceux qui touchent les personnes qui ont un diplôme collégial ou qui ont reçu un apprentissage.

Ce qui est le plus intéressant au sujet des études après le secondaire, c’est que tu contrôles ce qui se passe. Tu peux choisir le programme auquel tu souhaites t’inscrire, décider de quelle façon tu apprendras (en classe ou en milieu de travail) et déterminer où tu étudieras. C’est un peu comme un gros buffet, chacun y trouve quelque chose.

Un message pour toi

Phymean Noun

Photo de Phymean Noun

« Chacun de nous a le pouvoir de changer le monde et de redonner espoir à d’autres.

Les jeunes ne devraient jamais avoir peur ni se sentir intimidés à l’idée de s’investir dans une cause qui pourrait aider à sensibiliser les gens et à résoudre des problèmes dans leur collectivité. Les jeunes sont l’avenir de leur pays, quel qu’il soit. Ils ont donc un rôle important à jouer.

Je crois que l’éducation est la chose la plus importante, pour tout le monde. L’instruction nous donne le pouvoir de faire des choix dans notre vie et la possibilité d’aider les autres. Dans mon pays natal, le Cambodge, il y a peu de bons enseignants et de bonnes écoles, tandis qu’au Canada, tous les jeunes ont accès à une excellente éducation et peuvent ainsi faire une réelle différence dans leurs collectivités. »

Phymean Noun a grandi au Cambodge. Elle n’avait que 15 ans quand sa mère a été emportée par le cancer. Phymean n’a jamais oublié la leçon la plus importante que sa mère lui avait apprise: l’importance de s’instruire. Avec ce but en tête, elle a travaillé fort pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa nièce de deux ans tout en finissant ses études secondaires.

En 2002, elle a fondé la People Improvement Organization, vouée à la lutte contre la pauvreté infantile au Cambodge. L’organisation offre gratuitement une éducation de base et une préparation à l’emploi à des centaines d’enfants pauvres de Phnom Penh, la capitale du Cambodge. Phymean Noun est la seule Canadienne figurant dans la « Top Ten Heroes List » de CNN pour 2008.

Histoire d'une réussite

Photo de Dan Hammond

Dan Hammond
18 ans, de London.

Mon histoire : « J’ai fait mes études secondaires dans une petite école de langue française, si petite en fait qu’elle n’avait pas de programme de recyclage. Quand j’ai vu le concierge jeter un sac plein de boîtes de conserve en aluminium dans une poubelle, j’ai compris que je devais faire quelque chose. J’ai rassemblé un groupe d’élèves, et nous avons pris l’initiative de démarrer un programme de recyclage à l’école. Nous avons aussi organisé des séances d’information hebdomadaires sur l’environnement, des contacts avec les médias sur le Web, et un salon de l’écologie à notre école à l’occasion du Jour de la Terre 2008.

Puis, en faisant des recherches sur les bourses d’études universitaires, j’ai découvert Students On Ice. Cet organisme offre aux étudiants des écoles secondaires et des universités la possibilité de participer à une expédition en Antarctique ou en Arctique pour étudier des questions environnementales dans l’un des écosystèmes les plus isolés de la planète. J’ai fait une demande et j’ai été accepté pour participer à l’International Polar Antarctic Expedition.

Leçons apprises : « Participer à cette expédition a été un énorme défi pour moi. Chaque étudiant devait recueillir 10 000 $. L’aspect positif de ce défi, c’est que cela m’a permis de créer des liens avec des membres de ma communauté et de sensibiliser les gens à l’environnement.

J’ai pensé à différentes façons de recueillir des fonds. Entre autres, j’ai organisé un dîner-bénéfice et une vente aux enchères par écrit en partenariat avec un restaurant local. Les donateurs ont dégusté un repas végétarien de trois services, et nous avons fait des exposés sur l’environnement et sur le but de mon expédition. Nous avons même utilisé de l’énergie renouvelable pour présenter l’événement! »

Inspiration : « Une fois qu’on a trouvé une cause et qu’on s’est engagé, cela devient comme une drogue, une passion. Nous ne sommes que des jeunes comme les autres, mais nous avons réussi à convaincre notre école de commencer à recycler et d’arrêter de vendre de l’eau embouteillée. Si nous pouvons le faire, vous le pouvez aussi! »

Dan est en première année à la University of Western Ontario. Il est l’un des 70 étudiants de niveau postsecondaire retenus à l’échelle internationale pour participer à l’expédition éducative sur le changement climatique en Antarctique en février 2009. Regarde cette vidéo pour entendre Dan parler de son voyage.

E-courriel | Facebook | Youtube